Cookin’ Nanta

By 21 mars 2016 Non classé

Cookin nanta

J’ai récemment eu l’occasion d’aller voir le spectacle Cookin’ Nanta, et il me semblait intéressant de vous en parler !

Nanta est un spectacle non-verbal rythmé par le Samul nori (사물놀이 musique traditionnelle coréenne) quelque peu remixée. En effet les acteurs/musiciens utilisent des instruments improvisés tels que des couteaux, planches à découper, étagères, bidons, etc.

Nanta a été joué pour la première fois en 1997 au « Edinburg Fringe Festival » et a reçu le prix de la meilleur performance. Depuis le spectacle n’a cessé d’être exécuté, quelques fois à Broadway puis dans les théâtres construit spécialement pour Nanta en Corée (Hongdae, Myeong-dong, Chungjeongno, et Jeju) et en Thaïlande (Bangkok). 45 acteurs se relaient pour jouer la pièce chaque jour de l’année.

C’est le show le plus populaire en Corée, autant pour les touristes que pour les coréens.

Tout commence avec trois cuisiniers qui débutent la préparation d’un grand banquet. Ils préparent la cuisine, coupent les légumes quand leur chef, un peu bougon, leur demande de tout préparer avant 18h et présente son neveu, qui veut apprendre la cuisine et qui va les aider. C’est sans compter le fait que le neveu n’est pas très dégourdi !

Vite vite ! (빨리 빨리) Comme diront certains coréens.

pixiz-21-03-2016-05-19-28

Je craignais un peu une performance non-verbale, basée sur la musique traditionnelle (et plus particulièrement les tambours), sans réelle histoire et avec un volume sonore trop important. Pourtant ce fût tout le contraire.

Avant la performance, un diaporama nous annonce un peu le ton du spectacle et nous propose de saluer notre voisin et de faire connaissance.

L’histoire est bien menée et limpide, rythmée par de nombreuses péripéties, performances avec une pincée de romantisme ludique qui fait sourire. Les acteurs ne sont pas simplement comédiens mais aussi acrobates, danseurs, musiciens … bref de véritables performeurs ! La participation du public est très appréciable et nous emporte un peu plus encore dans l’histoire.

Il faut aussi saluer le travail en amont, la créativité des producteurs, du jeu de lumières et de sons. Le tout crée une ambiance électrisante et invite les sourires sur tout les visages d’un public conquis.

Bref vous l’aurez compris … j’ai été enchantée par Nanta et ce spectacle saura également vous captiver, sans aucun doute !

Vous pourrez aisément trouver et réserver vos billets sur le site de Cookin’ Nanta dans le théâtre de votre choix.

Un petit aperçu du spectacle :

Et quelques réactions de spectateurs, rien que pour vous !

« Un spectacle pour tous – adultes, jeunes, enfants, européens, américains, etc – pas de souci ! Un humour universel, et le rythme pour lien. Le public participe, ravi, à l’ambiance. Les acteurs sont avant tout des musiciens rythmiques extraordinaires. Leur cuisine est composée d’humour, de rythme et d’une grosse pincée de charme. Un super spectacle pour passer une bonne soirée »

Henri

« Vu pour la quatrième fois, je ne m’en lasse pas. Un très bon moment à passer en famille ou entre amis. »

Chloé

« Ces jeunes cuistots nous emmènent à un rythme d’enfer dans cette cuisine survoltée. Les légumes et les assiettes volent ! Les couteaux donnent la cadence à de multiples grimaces et mimiques. Le public est mis à contribution et joue le jeu volontiers car tout est fait avec beaucoup d’humour. Un spectacle magique pour tout public ! A voir absolument ! »

Dominique

« Un superbe spectacle drôle, rythmé et impressionnant.

Ce spectacle devrait définitivement figurer sur votre liste des choses à faire durant votre séjour à Séoul »

Varun

You Might Also Like

Les belles Nara et Kyoto

By 25 janvier 2016 Carnet de Voyage, Japon
20160106_125446-01

Après mon court séjour à Osaka, je me suis rendue à Nara pour y passer un peu moins de deux jours. Bien que la ville soit très petite, cela n’en reste pas moins un haut-lieu touristique. Ce fut la première capitale fixe du Japon, c’est cela qui m’as poussé à m’y rendre. Et non, ce n’est pas parce qu’on peut observer des cerfs tout mignon se balader en liberté dans la ville … quoique !

Je n’avais pas de réelle idée de ce que j’allais pouvoir faire et voir là-bas, mais j’y allais ! c’est le principal !

20160108_132727-01Après une bonne quarantaine de minutes de marche de la gare, j’arrive dans l’auberge en plein cœur du parc de Nara. The Deer Park Inn est très agréable, propre et spacieuse … mais pas le temps de m’attarder sur ça, je voulais aller visiter deux temples un peu en dehors de la ville. Ce sont les seuls qui ne sont pas faisables à pieds. Il a encore été nécessaire de payer pour voir des temples qui, ma foi, n’étaient pas extraordinaires…

20160109_164725Un peu avant le coucher du soleil, je me suis rendue au Todaiji Nigatsudo, temple duquel on peut observer le toit du Todaiji (qui accueille un grand Bouddha de bronze) et la ville toute entière. Une heure a passé … puis deux. J’ai vu le soleil se coucher, les couleurs du ciel changer, et les lumières de la ville s’allumer peu à peu.

20160109_130352-01Le lendemain j’attaquais les temples de la ville, tout en me promenant dans les ruelles très agréables, puis remontais doucement jusqu’au parc où se trouvaient les deux grosses attractions de Nara. Le fameux temple (plus grande construction en bois du monde) renfermant le grand bouddha de bronze (qui mesure tout de même 18 mètres … !) construit au milieu du VIIIe siècle. Il figure, et il le vaut bien, au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La seconde attraction sont les cerfs Sika, considérés comme des animaux divins, protecteurs de Nara et de tout le Japon, qui se baladent en toute liberté … même dans les boutiques !). Bon soyons clairs, ils ne viennent vous voir que pour manger et si vous avez le malheur de leur refuser le cracker que vous avez dans la main … ils viendront vous agripper les poches de manteaux ou votre beau sac à main tout neuf !

Je finissais ma journée vers 16h après avoir visité le sanctuaire Kasuga-20160109_154430-01taisha. Le chemin en forêt y menant est bordé de lanternes de pierres et donne une atmosphère très particulière au lieu.

Une journée aurait largement suffi pour tout faire, mais j’ai apprécié prendre mon temps, respirer l’air frais et savourer ce moment de tranquillité dans le parc. J’ai d’ailleurs décidé de me rendre une nouvelle fois au temple duquel je pouvais observer la ville au coucher du soleil.
20160109_141039-01

La troisième destination fût Kyoto. Non, je ne sors pas du tout des sentiers battus. Je suis l’itinéraire préféré des touristes … mais ce n’est peut-être pas pour rien après tout !

J’ai eu un réel coup de foudre pour Kyoto, qui me fait un peu penser à Nantes (ma ville natale). « Grande » ville qui reste cependant à taille humaine, qui regorge de trésors et de sites culturels. Elle aussi a été capitale du Japon, ce qui explique peut-être cette profusion de grands monuments à visiter.

Trois jours n’ont pas été suffisants pour tout visiter, et j’étais tiraillée entre l’envie de rester plus longtemps et découvrir Tokyo qui me faisait de l’œil aussi.

La première après-midi à Kyoto fût une simple introduction à la ville avec les rues marchandes et le marché Nishikiji accompagnée de mon amie maintenant installée (elle l’espère) définitivement à Kyoto. Je fus surprise qu’elle m’emmène le soir dans un Izakaya, lieu prisé des japonais où l’on peut boire et partager des petits plats entre amis ou collègues. Une expérience que je n’aurais jamais pu vivre en étant seule. Oui, parfois voyager seule à quelques désavantages…

20160111_114558-01

20160111_112759-01

Le lendemain était un jour férié, Seijin shiki. Littéralement, la cérémonie de la majorité durant laquelle on célèbre le passage à l’âge adulte (qui est de 20 ans). C’était intéressant et en même temps une très mauvaise idée de vouloir visiter les temples ce jour-là. Mais je n’avais pas réellement le choix vu que j’y restais peu de temps. C’est comme ça que je me suis retrouvée dans une foule compacte qui n’avançait presque pas au sanctuaire Fushimiinari-taisha (là où se trouve le célèbre chemin de torii vermillon). J’ai vite abandonné mon ascension dans la montagne à la vue de la foule.

Un peu plus en ville, je continuais mon périple (tout aussi noir de monde) au temple Kiyomizudera puis rejoignant un second temple (Chion-in) par les petites ruelles traditionnelles.

20160111_140321-0120160111_133006-01

20160111_140924-01

Je finissais ma journée avec un japonais rencontré sur le chemin, dans un restaurant italien puis dans les rues bordées de stands à l’occasion d’un festival. L’occasion de re-goûter à la barbe à papa et aux « fraises d’amour » (eh oui, c’était des fraises à la place des pommes !).

Je passais la première partie de mon dernier jour à Arashiyama, situé à l’ouest de Kyoto. Visite d’un temple, d’un chemin bordé de bambous (assez connu) et de la montagne aux singes (assez connue, elle aussi).

20160112_100605-0120160112_101352-0120160112_111259-0120160112_112703-01

20160112_135439-01

Un petit train d’un seul wagon m’emmenait de Arashiyama au pavillon d’or (Kinkaku-ji). La visite fut très brève, quelques minutes à peine histoire de prendre quelques photos du pavillon, puis de laisser la place à d’autres visiteurs. Je profitais d’être à proximité du Ryōan-ji pour visiter son célèbre jardin sec fait de pierres et de graviers blancs.20160112_135925-0120160112_130217-01

C’est ainsi que s’est achevée la seconde partie de mon voyage … j’allais maintenant m’attaquer à la tentaculaire Tokyo !

You Might Also Like

Osaka, ville de mon cœur

By 12 janvier 2016 Carnet de Voyage, Japon, Non classé
20160106_132106-01

Et voilà, j’ai débarquée au Japon ! Osaka, j’arrive !

Mon petit bonheur, c’était d’atterrir à l’aéroport d’Osaka et de visiter cette ville, que j’aimais déjà, en première. Le Kansai (région dans laquelle se trouve entre autres Osaka et Kyoto) a une identité culturelle très forte et pourrait bien être comparée à la Bretagne. J’aime l’accent que les gens ont, leurs sympathie et leur accueil.

D’ailleurs cela n’a pas louper. Quand je suis arrivée à la guesthouse Air Osaka, j’ai été accueillie comme une reine. Le propriétaire, Tomo, m’as serré vigoureusement la main en le souhaitant la bienvenue. J’étais presque déjà chez moi.

air osaka hostel-01

La guesthouse se trouve à quelques pas de la station Kitakagaya, sortie 4. Un peu éloignée du centre, mais tellement plus agréable de marcher dans les rues paisible du quartier. En 10 mn de métro vous êtes en plein centre, rajoutez 5 mn de plus et vous êtes au fameux Château d’Osaka. Je l’ai trouver en un clin d’œil grâce à sa façade si particulière.

L’intérieur est à l’image de l’extérieur, charmant, créatif, cosy et chaleureux. Mélange habile de maison traditionnelle et paradis pour artistes.

20160105_192748-01-01 Le staff est chaleureux et20160107_183212-01-01 serviable, prenant le temps d’expliquer le fonctionnement de la maison, et donnant même quelques conseils pour votre séjour. Les installations ne sont du grand luxe, mais bien suffisant lors d’un voyage en sac à dos.

Air Osaka a ouvert récemment, et le staff travaille sur l’arrangement des commodités pour un meilleur confort.

J’y ai passé un très bon séjour et et le prix est très abordable (pour le Japon).

Je vous invite à faire un tour sur leur site et si vous passez par Osaka un jour, n’hésitez pas à réserver dans cet hôtel !

air-osaka-hostel-banner

>>> Cliquez ici <<<

 

20160106_114919-01Top chrono : deux jours pour visiter l’essentiel d’Osaka. Pari tenu.

 

Le premier jour j’avais choisi de m’attaquer au château d’Osaka (大坂城) en début de matinée afin d’éviter la foule. Le château est impressionnant mais les douves le sont encore plus ! Le parc est très agréable bien qu’un peu nu en cette saison. J’ai visité le musée (payant bien évidemment comme à peu près tout au Japon), j’ai bien fait puisque que j’ai eu un bon petit récapitulatif des vies d’Hideyoshi Toyotomi, Nobunaga Oda et Tokugawa Ieyasu. Ces noms là ne vous disent peut-être (probablement) rien puisque qu’ils font partis de l’Histoire japonaise mais en ayant bavé avec ça pour mes études j’étais plutôt contente de m’y replonger pour le plaisir. Cependant je ne conseillerais pas du tout le musée pour ceux qui ne s’intéressent pas spécialement à l’Histoire.

20160106_130552-01

Je suis ensuite allée plus au nord pour voir le sanctuaire Temmangu (大阪天満宮), où j’ai

20160106_124213-01été un peu déçue puisque le bâtiment principale était couvert d’un filet vert pour le protéger. J’ai été assez impressionnée par le nombre de gens qui viennent prier dans les temples et sanctuaires !

A quelques pas de là se trouvait la Tenjimbashi-suji shopping street, apparemment la plus grande rue couverte du Japon qui s’étend sur plus de deux kilomètres. On peut y sentir une ambiance familial et de quartier et on peut trouver toutes sortes de produits passant des vêtements, chaussures aux bouquins, médicaments, etc.

 

J’ai été très tentée par le Osaka Museum of Housing and Living qui recréé une rue d’Osaka à l’époque Edo. Cependant j’ai été un peu déçue par ce musée. En effet, il n’y a qu’une seule rue et rien de spécial à y faire sauf de belles photos si vous louez un Kimono en plus.

20160106_154658-0120160106_125446-01J’ai continué sur ma lancée encore un peu plus au nord pour aller voir le HEP FIVE  en passant par le centre commercial Whity Umeda. Je me suis sentie un peu oppressée par la ville et la foule alors que je venais de passer la journée dans des endroits calmes et paisibles. J’ai donc décidé de rentrer sans monter jusqu’à la Umeda sky building. J’ai appris plus tard que ça valait le coup d’y aller, j’y retournerais donc peut-être à la fin de mon séjour.

Après un petit détour pour voir le Osaka central public hall (dont on peut facilement faire l’impasse) je me suis enfin posée à Dontobori où j’y ai rencontré deux français pour finir la soirée en beauté.

20160105_214044-0120160105_215039-0120160105_214138-01

Photo du milieu : Tarō Kuidaore, un clown jouant du tambour, sorte de mascotte d’Osaka (et légèrement flippant !)

 

Photo de gauche : Célèbre panneau lumineux Glico, le premier panneaux publicitaire installé à Namba.

 

 

20160107_131704-01

Le second jour, j’ai entamé la découverte du coin Tennoji/Abeno en commençant par le temple Shitennoji (en travaux donc pas très intéressant à voir finalement) puis en poursuivant ma route le long du Zoo d’Osaka, profitant d’un arrêt au temple Isshinji, pour enfin atteindre le quartier Shin-Sekai et la tour 20160107_141853-01Tsutenkaku. Ambiance très sympa de petit quartier

traditionnel qui se transforme au fil des rues en ambiance geek-manga-goodies-cosplay. J’étais arrivé dans DENDEN town. Continuant ma balade sans vraiment de but précis je me suis aperçue que j’étais à côté de la station Namba et ai décidé d’aller voir Namba parks, un centre commercial un peu particulier puisqu’il a une forme très particulière, agrémentées de jardin « en balcon » et d’un jardin terrasse sur le toit. Une jolie surprise qui offre également une vue sympathique sur un bout de ville. J’ai fini mon périple par un boucle dans les rues commerçante, le marché Kuromon, Americamura pour enfin terminer une nouvelle fois à Dontobori pour déguster de délicieux Takoyaki (spécialité d’Osaka).

 

20160107_133944-0120160107_155531-0120160107_162651-01

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai beaucoup aimé mon (trop court) séjour à Osaka, qui m’as permis de découvrir le Japon en douceur. S’essayer à la langue japonaise en condition réelle avec un tel accent (Kansai-ben) n’est pas évident quoique très amusant ! J’ai presque adopter l’accent maintenant !

J’ai aussi remarquer beaucoup de différences avec la Corée, et je pourrais probablement en faire un article mais ce qui m’as le plus choquer c’est le bruit de ruisseau dans les toilettes. Est-ce pour nous aider dans nos affaires où bien pour cacher le bruit produit par ces affaires ? Question à méditer !

Sur ce, je vous laisse ! A la prochaine !

You Might Also Like

Typhon, liste noire et paradis

By 4 janvier 2016 Carnet de Voyage, Les Philippines

Philippines

 

J’avais pris mes billets sur un coup de tête pour me joindre à de bons amis. c’était décidé, deux semaines plus tard je m’envolerais pour les Philippines. Cependant avant même que ce voyage ai démarré il me semblait être un peu compliqué.

« Le typhon Melor a frappé aux Philippines, faisant fuir quelques 700 000 habitants à son approche»

C’est ce que je pouvais lire sur internet quelques jours avant mon départ. Un sentiment égoïste, une inquiétude à propos du voyage et non pas pour les Philippins …

De nombreux vols avaient été annulés et j’étais tiraillé entre l’envie de partir et l’appréhension qui me faisais espérer l’annulation du vol.

Advienne que pourra !

Je ne pouvais rien y faire et en arrivant à l’aéroport je fût soulagée de voir que le vol n’était pas annulé. C’était parti pour l’aventure (enfin presque il fallait d’abord que j’atterrisse saine et sauve à Manille avec cette compagnie aérienne qui venait tout juste de sortir de la liste noire européenne !).

 

20151218_160153

Après deux vols, d’interminables heures d’attentes et une heure de route, nous voilà arrivés dans la toute petit ville de Coron town – Palawan. Une rue principale, grouillante de tricycle motorisés et de moto.

voyage
20151218_172715En la parcourant on peut y sentir la douceur de vivre et la simplicité des philippins.  Le marché, non loin de la rue principale, regorge de poissons et fruits de mers en tout genre, de fruits, légumes et de viande. Dans le petit port, son amarrés de « drôles » de bateaux à balanciers nommés Banca.

10866028_565997010217476_5919479748645988599_o

Nous avons été surpris par l’anglais quasi parfait de tous les philippins. Une conséquence majeure de l’influence américaine malgré leur identité culturelle très forte. Ils sont également très accueillants et souriants même si leurs vie n’est pas toujours facile

 

20151218_155612

 

Cette première fin d’après-midi aux Philippines avait presque été magique, passant de la fatigue à l’émerveillement en un instant.

 

 

 

10644644_565997056884138_7976512032972738297_o

 

12376085_10208759077040791_7894927128943830017_nLa seconde journée à Coron à commencée assez tôt, au port, afin d’embarquer sur un Banca pour un tour dans les îles. Le premier arrêt : Coral garden. Un magnifique spot de snorkeling. Les poissons d’une diversité incroyable se faufilaient dans les coraux. J’ai regretté de ne pas avoir d’appareil photo waterproof pour immortaliser ce moment si particulier. La première fois que je faisais du snorkeling. Un peu plus loin, nous nous sommes arrêtés à la CYC beach.

Plage de sable blanc, mer transparente et en fond de la mangrove. Un petit air de Koh Lanta ! Il ne nous manquait plus que les foulards rouges et jaunes.

12376272_10208759078320823_5596580586695611662_nLe troisième arrêt fût pour déguster un délicieux repas sur une plage un peu cachée. Du poisson frais cuit sur le petit barbecue à l’arrière du Banca, de la viande, du riz et des fruits. Il y avait également un délicieuse sauce vinaigrée, nous découvrirons plus tard que c’est une sauce typique. A quelques dizaines de mètres de la plage se trouvait Twin peak, où nous avons encore fait du snorkeling. L’arrêt suivant fût Kayangan lake : après une petite marche pour monter et redescendre un flan de colline nous avons été impressionné par la paisible beauté du lieu. La baignade en eau douce fût très agréable. Notre dernier arrêt fût Hidden lagoon qui a pour particularité d’avoir de l’eau douce en surface (froide) et de l’eau salée en profondeur (chaude). Quelle sensation étrange lorsque l’on s’y plonge !

 

10305413_10208759082120918_4234644957144969395_n

Cette journée fût très fatigante, mais qu’est ce que ça en valait la peine ! Le lendemain nous devions déjà partir pour El Nido. J’aurais voulus rester un peu plus longtemps dans cette ville si chaleureuse.

Nous étions tous un peu stressés par la traversée en bateau qui devait durée entre 5 et 9h. Nous devions embarqués sur un tout petit bateau (un Banca avec une capacité maximum de 20 personnes) et le temps ne nous était pas très favorable (assez venteux). C’est très tôt le matin que nous nous sommes réveillés pour rejoindre l’embarcadère. La pression monta d’un cran lorsque je m’aperçus que nous étions plus d’une cinquantaine dans un si petit espace, pouvant à peine tous s’asseoir confortablement. Sujette au mal de mer, je priais en mon for intérieur pour réussir à m’endormir le plus vite possible. Lorsque la traversée commença, les passagers se répartirent sur le toit du bateau, et sur les côtés extérieur du bateau. J’ai donc pu facilement m’allonger sur un banc pour m’y assoupir assez rapidement. Ce fût finalement un jeu d’enfant pour moi et je n’avais pas vu les 7h de voyage passées.

12366309_10208759080600880_5283846866154791054_n

 

 

 

Nous étions arrivés à El Nido. Un petit paradis, un paysage de carte postale.

 

 

You Might Also Like

Top 10 des pays que j’aimerais visiter

By 3 janvier 2016 Billet d'humeur

Pour cette nouvelle année 2016 j’ai eu envie de partager avec vous mon top 10 des pays que j’aimerais visiter. Ça a été assez compliqué de ne choisir que dix destinations, puisque voyager n’importe où me rendrais heureuse. J’ai donc choisis celles qui me tenaient le plus à cœur.

C’est parti !

1 Japon

Mon number one depuis 2013, après avoir visiter la Corée du sud. Le Japon a été le premier pays auquel je me suis réellement intéressée, et même détrôné par la Corée un peu plus tard il n’en reste pas moins un pays à visiter absolument. Tokyo, Kyoto et Osaka sont les villes qui m’intriguent le plus. Et je ne doit pas être la seule puisque c’est l’un des itinéraires les plus empruntés par les touristes. Et comme cette année 2016 commence en beauté, j’ai la chance de réaliser mon rêve en ce janvier !

2 Thaïlande

Destination mythique et adorée par de nombreux voyageurs … moi aussi ça me fait rêver ! Entre les îles et plages paradisiaques du sud et les forêts, montagnes et temples du nord, j’ai de quoi rassasier ma soif d’exploration !

Une telle diversité de paysages et de cultures dans un même pays mérite d’être découverte !

7 Birmanie

Pour rester dans le même coin, j’aimerais visiter le petit voisin de la Thaïlande : Le Myanmar (ou Birmanie).

«Un voyage magique» selon les voyageurs s’y étant déjà rendus. La Birmanie regorge de sites exceptionnels beaucoup moins touristiques que d’autres pays. Les gens y sont particulièrement accueillant et encore relativement loin du capitalisme que l’on connait dans les pays développés.

Bref … une destination qui semble étonnante et fabuleuse.

3 Etats unis

Une destination encore une fois un peu clichée, mais ce n’est peut-être pas pour rien que l’on en parle si souvent. Aaaah, le road trip en décapotable le long de la route 66 … un mythe !

Mon road trip idéal serait de longer (plus ou moins) la frontière sud des Etats-unis et passer par la Louisiane, le Texas, le Nouveau-mexique, l’Arizona puis la Californie sans oublier les grands parcs nationaux tels que Yosemite, Death Valley, Grand Canyon, etc. Il faudrait sans doute plusieurs mois pour profiter à fond de ce voyage un peu fou.

5 Hawaii

Bon d’accord, je triche un peu, Hawaii fait partie des Etats-Unis. Cependant étant située en dehors du continent nord-américain j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur !

Cet archipel à l’air sublime, avec une nature et des cultures passionnantes et variées. Le mélange entre les îles exotiques polynésiennes et l’influence des Etats-Unis rend Hawaii mystérieuse.  En passant de la grande ville au petit village pittoresque en passant par les lagons, plages, cascades, jungles et volcans, il y a de nombreuses choses à découvrir sur cet archipel !

Et puis … dansez le hula devant un coucher de soleil … c’est pas le paradis ?!

4 Islande

Parce que j’aimerais y aller avec ma maman. C’était plus son envie que la mienne, mais plus j’y pense et plus j’ai envie d’y aller. L’Islande semble être incomparable aux autres pays. Une nature sublime, à l’état pur qui nous donne un sentiment de liberté. J’ai bien envie de me plonger dans les sources chaudes, voir un aurore boréale et jaillir des geysers ou encore faire une randonnée sur l’un de ces volcans aux noms imprononçables !

6 Inde

Un pays incroyable, un pays qui a tout. Un pays où, lorsque qu’on le parcoure, c’est comme si on avait exploré le monde entier. De nombreuses cultures parfois opposées, de magnifiques paysages diversifiés mais aussi de nombreux monuments splendides comme le très connu Taj Mahal. Un expérience hors du commun. Un voyage coloré, épicé dont on ne sort certainement pas indemne.

8 Pérou

Le Pérou est le pays qui m’attire le plus en Amérique du sud. J’aimerais partir à la découverte de l’ancienne civilisation Inca, visiter le Machu Picchu et la ville de Cuzco tout deux faisant partis de l’UNESCO world heritage ou encore randonner dans les Andes. Il y a tellement de choses à découvrir dans ce pays …

9 Népal

Le Népal semble être un pays très paisible et agréable à visiter en randonnée. Il n’y a pas de réelle raison à ma volonté de m’y rendre … les paysages semble simplement magnifique et la population y a l’air accueillante, chaleureuse et singulière. Bon et puis j’ai pas besoin de raison particulière non plus !

10 Nouvelle-Zélande

Le dernier, mais non des moindres de la liste : le pays des Kiwis. Encore des paysages sublimes ! Je vous assure que j’aime autre chose que les paysages hein ! Je suis même plus attirée par le patrimoine historique que les paysages … mais bon quand on pense à ce que la nature nous offre … ce serait bête de ne pas l’explorer !

Et puis il y a des moutons ! On croyait que c’était l’Irlande le pays du mouton, mais non c’est la Nouvelle-Zélande !

 

 

Voilà mon top 10, je rêve un peu, beaucoup, passionnément …

mais je suis persuadée que j’arriverais à venir à bout de cette liste.

You Might Also Like